Kit Actu’ « Genre et TIC »

Qui bénéficie des technologies d’information et de communication (TIC) ? Les TIC ont fait naître de nouvelles opportunités économiques et sociales dans le monde entier. Cependant, les changements positifs engendrés par les TIC n’ont pas touché l’ensemble de l’humanité. Leur utilisation reste gouvernée par les relations de pouvoir existantes au sein desquelles les femmes se retrouvent bien souvent désavantagées. Cette situation d’inégalité concerne notamment les individus et les organisations qui visent une développement de l’égalité de genre à travers l’utilisation de ces technologies. Ce Kit Actu’ aborde les effets des TIC sur les relations de genre et comporte : un Panorama qui présente les principaux arguments et approches relatives au genre et aux TIC ; une Boîte à outils regroupant des résumés de textes de référence, des études de cas et des outils, ainsi qu’une liste de coordonnées des principales organisations clés et un bulletin d’information Genre et Développement En Bref composé de trois courts articles sur ce thème.

Genre et TIC : Panorama

On admet couramment que les nouvelles technologies dans le domaine de l’information et des communications, l’Internet en particulier, ont inauguré une nouvelle ère. Cependant, l'accès aux nouvelles TIC reste un horizon lointain pour la grande majorité des personnes. Les pays du Sud, les populations rurales en particulier, ont été les grands oubliés de la révolution informatique, du fait de nombreux obstacles tels que le manque d'infrastructures de base et de preuves tangibles de l’utilité des TIC sur le terrain, face aux défis de développement local. Ces obstacles sont plus durs encore à surmonter pour les femmes, qui ont moins de chances de savoir lire ou de parler anglais et qui n'ont guère de possibilité de se former aux techniques de l'informatique. De plus, bien que les TIC aient créé de l'emploi pour beaucoup de femmes, l'économie de l’information reproduit les formes de ségrégation basées sur le genre, les hommes détenant la majorité des emplois hautement qualifiés tandis que les femmes sont concentrées dans les secteurs peu qualifiés.

Genre et TIC : Boîte à outils

L’opinion dominante perçoit les nouvelles technologies d'information et de communication (TIC), l'Internet en particulier, comme très largement positives, ne leur attribuant que des implications techniques et non sociales. La réalité est qu’un grand nombre de personnes est exclu des bénéfices de ces technologies, notamment celles et ceux qui n'ont pas les infrastructures, les savoir-faire, la maîtrise de la lecture, de l'écriture, ou la connaissance de l’anglais, langue dominante de l'Internet. Les femmes, les populations rurales et pauvres appartiennent généralement à ce groupe. Des efforts ont pourtant été déployés pour élargir l'accès aux bénéfices des TIC et exploiter les TIC en vue d’autonomiser les femmes et d’autres groupes. Cette Boîte à outils présente diverses tentatives en ce sens et indique comment faire pression pour des politiques en matière de TIC plus soucieuses de l’égalité de genre, et comment mettre en œuvre des programmes de TIC qui permettent aux femmes de les utiliser avec profit. Elle se compose de résumés de textes donnant un aperçu de la diversité des problèmes que recouvre ce sujet et des moyens d'y répondre. Elle offre un aperçu global et régional, des études de cas, des outils, des recommandations et d'autres documents. Les ressources pratiques offrant des pistes et des perspectives pour l'action ont été préférés aux textes plus académiques. La Boîte à outils répertorie également d’utiles ressources en ligne et donne les coordonnées des organisations travaillant sur le genre et les TIC, afin de se mettre en réseau

Genre et développement En Bref Genre et TIC – numéro 15

En Bref est un bulletin d’information de six pages visant à stimuler une réflexion sur un thème prioritaire relatif au genre. Ce numéro examine la relation des TIC à l’égalité de genre. Elle contient un aperçu du sujet avec des recommandations et deux études de cas, sous forme d'articles, mettant en évidence des exemples de bonnes pratiques innovantes. Le premier article décrit le travail de FIRE (Feminist International Radio Endeavour / Radio féministe internationale), une station de radio pour les femmes sur Internet, qui se sert de ces technologies pour encourager l’échange entre les femmes du monde entier. Le point de vue féministe de FIRE ne se cantonne pas aux « droits des femmes ». Il cherche à amplifier les voix et le point de vue des femmes sur tous les problèmes – voix non seulement absentes mais qui sont aussi activement réduites au silence et qui se voient exclues des débats mondiaux. FIRE n’est pas seulement « pour » les femmes, elle existe aussi par elles, parle d’elles, pour une audience mondiale. Le second article étudie le travail que mène SEWA (Self Employed Women's Association / Association des femmes qui travaillent à leur compte) pour le renforcement des capacités des femmes vivant dans des régions reculées, au travers des TIC. Elle mène des programmes qui développent les capacités des femmes à se servir d’un ordinateur, de la radio, de la télévision, de la vidéo, des téléphones, des fax, des téléphones portables et de la communication par satellite. Elle a montré que ces technologies peuvent soutenir les femmes qui travaillent dans le secteur informel, permettant à des ménages économiquement faibles, vivant dans des environnements de plus en plus précaires, de mieux subvenir à leurs besoins.